Bulletin numérologique - Janvier 2020

Mis à jour : 16 janv. 2020


Mois 5 d'une année 4. "Je me déleste de ce qui entrave la juste réalisation."


Nous assistons aux incendies qui détruisent les forêts, les animaux et les constructions humaines.

Dans la branche du vivant qui comportaient le plus d'individus et le plus d'espèces, la biomasse a chuté de 67% en une décennie.

La manière dont nous vivons et nous développons a engendré une véritable catastrophe planétaire. Nous sommes devenu.e.s une espèce auteure et victime du massacre qu'elle a, elle-même, orchestré.


STOP


Les vibrations de ce début d'année nous confrontent aux limitations dans la matière, dans notre corps et dans le corps de la Terre. Tout nous intime à l'arrêt immédiat du fonctionnement sans conscience et sans amour pour soi, pour l'autre et pour la planète.


Le feu emporte tout avec lui et fait disparaître. Il remet les compteurs à zéro. Il déleste.

Un deuil majeur est en cours et nous pouvons sentir les différentes phases de ce processus se jouer en nous.

Le déni : déjà en 2002 Jacques Chirac disait "la maison brûle et nous regardons ailleurs". Les incendies ont lieu en Amazonie et en Australie dans des parties du monde si éloignées de nous. Comment cela pourrait nous concerner ?

La colère : nous rejetons la responsabilité sur l'autre ou sur le système mais objectivement : comment avons-nous contribué à ce modèle obsolète ?

La tristesse : nous sommes touché.e.s par ce que vivent certaines populations, les animaux, la nature que nous aimons tant... Notre corps et notre esprit peinent depuis si longtemps.

La peur : nous avons peur de quitter nos fonctionnements, nos habitudes, notre zone de confort... Que m'arrivera-il si je quitte mon emploi ? Qu'arrivera-il à ma famille ? Gouverné.e.s par la peur de manquer, nous repartons dans le déni pour nous donner un peu de temps.


Ce qui est à comprendre en ce début d'année, c'est que nous n'avons plus le temps.


Le nouveau est là, tout est déjà présent. En nous. Devant nous. Avec ou sans notre aide, il prend place. Plus nous lui offrons l'espace, plus nous accompagnons son expansion, plus nous nous laissons guider par nos intuitions et notre élan, plus cela est fluide et joyeux.

Plus nous résistons, plus nous avons mal. Dans le corps, dans la tête et dans le cœur. Partout.

Remettons-nous en à plus grand et voyons notre intelligence, grandie et assagie, nous guider vers la juste réalisation pour nous-même, pour notre planète et pour ses habitants.


Chaleureusement,

Céline









76 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018  par Céline Gaschen. Créé avec Wix.com