Je ne sais pas Vous ?

Mis à jour : 25 mars 2020


Je ne sais pas vous ? mais aujourd’hui je me sens sortir de la sidération provoquée par ces chocs successifs vécus collectivement depuis la semaine dernière. D’abord l'arrêt des écoles, puis la fermeture des commerces et pour terminer la mesure de « semi » confinement qui nous met à l’ombre pour les 2 semaines à venir au minimum…

Je suppose que les autorités ont voulu nous préserver car si nous nous référons à la Chine, nous en avons plutôt pour 2 mois.


Avant-hier, je sentais l’effondrement de la structure qui contenait mon système personnel, familial et professionnel. J'imagine nous avons été nombreux à avoir des vertiges, à nous sentir engourdi.e.s, anesthésié.e.s peut-être ? avec un niveau d’énergie bas... très bas. Pour certain.e.s, ces sensations pourront durer un peu dans le temps ?


Puis hier matin, une conscience nouvelle s'est faite. Si l'ancien monde disparaît et c'est ce qui semble se présager - le monde entier est à l'arrêt, c'est stupéfiant et exceptionnel : Chine, EU, Canada, Europe... Alors nous avons tout un monde à inventer !


Et pour moi ça commence aujourd'hui ! un peu à l'image d'un reboot sytem, cet espèce de shot down nous contraint à redémarrer notre disque dur en nous proposant de nous délester de tout ce qui n'est essentiel, voir toxique, polluant, fatigant, éprouvant, dégueulassant :-)))

Ainsi nous serions invité.e.s à faire notre liste : notre wish list ! que voulons-nous vivre et faire vivre dans ce nouveau monde, dans ce nouveau quotidien ? Quelles sont les valeurs qui nous sont chères ? Quels sont les passions, les amours, les projets que nous rêvons plus que nous vivons depuis si longtemps ?

C'est le moment, c'est notre moment! Ce que nous attendions depuis si longtemps pour certain.e.s, on y est !


Dans le confinement, nous avons aussi un nouveau rapport au temps à inventer, un nouveau rapport au travail, un nouveau rapport à la famille, à nos enfants. Plutôt que d'attendre ces deux mois en subissant les contraintes imposées, profitons de ce temps offert librement et largement pour construire joyeusement l'après.


Je ne sais pas vous ? mais l’éclatement de la structure du temps, c'est énorme ! plus de stress à devoir faire en une journée ce que nous ferions à notre rythme en 3 jours. Je pense à la charge mentale des mères, aux hommes et aux femmes d'affaires qui vivent - vivaient! - de l’adrénaline procurée par l'action et la vitesse par laquelle elle est orchestrée.


Pour ma part c'est tantôt un vrai régal de sentir ce temps s'étirer, sans occasionner de stress et tantôt un vertige de ne plus sentir de structure contenante.

Comment naviguer entre l'envie de se laisser porter par l'instant et le besoin de structurer la journée pour calmer certaines angoisses ?

En effet, il ne serait pas surprenant de contacter le besoin d'être aidé pour surmonter cette troublante expérience tant nos repères sont mis à l'épreuve.

Aurions-nous à nous rendre disponible à la bonne direction qui se laisse entrevoir ?


Je ne sais pas vous ? mais le télétravail avec un enfant en bas âge ! la grande blague je me suis dit d'abord. Puis force est de constater que des solutions se trouvent et que les espaces s'ouvrent même si certes, les fenêtres de travail sont moins longues !


Pour ma part, conformément au intentions posées, je vais particulièrement nourrir deux projets.

L'un porte sur la culture de l'égalité et cherche à faire émerger de nouvelles formes de coopération qui n'excluent plus l’intelligence féminine. Cela implique de travailler sur la violence faites aux femmes - dans les sphères pro et perso - et au filles. Cette violence étant corrélée aux relations genrées, cela implique que nous examinions aussi les violences vécues et véhiculées par les hommes et les garçons. Déjà avant le crash la problématique était grandissante et je n'ose imaginer comment la violence à dû exploser en ce temps de confinement.


L'autre porte sur l'intégration des réfugiés par le travail. Nous avons été et nous serons encore plus confronté.e.s à des flux migratoires de réfugiés ayant fuit un pays en guerre. J'aime à croire que les mouvements des français, dans leur besoin de regagner un lieu de confinement sécurisant, puissent ouvrir les consciences et favorisent un meilleur accueil de l'étranger.


Si l'un des projets vous parlent, si vous avez envie, comme moi, d'être un colibri qui fait sa part dans l'émergence du nouveau monde, contactez-moi ?


Vous avez sans doute vos propres projets ? partagez-les moi ! j'ai soif d’ouvrir mes horizons ! alors pourquoi pas vous rejoindre sur votre projet ? dans la mesure de mes possibilités.




Chaleureusement,

Céline










179 vues0 commentaire

© 2018  par Céline Gaschen. Créé avec Wix.com